Les stimulateurs Sorin en 20 points

Spécificités

 
  1. VOLUME DES BOITIERS
  2. TYPE DE PILE
  3. CRITÈRES D'USURE ET LONGÉVITÉ
  4. FRÉQUENCE À L'AIMANT
  5. MODES DE STIMULATION TRADITIONNELS
  6. MODE SPÉCIFIQUE FAVORISANT LA CONDUCTION SPONTANÉE: MODE SafeR
  7. MODE IRM
  8. STIMULATION VENTRICULAIRE: AUTOSEUIL V
  9. STIMULATION ATRIALE: PAS DE MESURE AUTOMATIQUE DU SEUIL ATRIAL
  10. SENSIBILITÉ ET DÉTECTION
  11. PÉRIODES RÉFRACTAIRES
  12. DIAGNOSTIC ET INTERRUPTION DES TACHYCARDIES PAR RÉENTRÉE ÉLECTRONIQUE
  13. ASSERVISSEMENT
  14. FONCTIONNEMENT DU REPLI SUR ARYTHMIES ATRIALES
  15. GESTION FLUTTER 2/1
  16. PRÉVENTION DES ARYTHMIES ATRIALES
  17. COMMUNICATION SANS FIL
  18. DURÉE DES MÉMOIRES
  19. SUIVI PAR TÉLÉMÉDECINE
  20. AUTRES SPÉCIFICITÉS

 

1) volume des boitiers

Simple chambre Kora 100 SR: 7.5 cm3

Double chambre Kora 100 DR: 8 cm3

2) type de pile

GB8711 Lithium Iode (2,8 V, 0,81 Ah)

3) critères d'usure et longévité

Valeurs exprimées: fréquence sous aimant ou impédance de pile

Diagramme (jauge, courbe de pile):

a. Fréquence de stimulation sous aimant en min-1

 pm_19_medtronic4.png

b. Courbe de pile : Impédance de pile (kOhms en fonction du temps)

pm_19_sorin1.png

La Date recommandée de remplacement (RRT), auparavant appelée indicateur de Remplacement Électif (IRE) est définie par :

  • une fréquence sous aimant ≤ 80 min-1
     
  • une impédance de pile  ≥ 10 kOhms

De l’IRE à la fin de vie (épuisement complet)  le stimulateur se règle automatiquement en mode VVI, fréquence à 70 min-1, paramètres de stimulation et de détection programmés, arrêt asservissement et lissage.

La reprogrammation est possible mais à la prochaine mesure quotidienne de l’impédance de pile rebascule avec les paramètres sus décrits.

4) fréquence à l'aimant

Début de vie: 96 min-1

RRT (Temps de Remplacement Recommandé): 80 min-1

Fin de vie: 73 min-1

Spécificités programmation réponse à l'aimant:

Phase 1: application de l’aimant (tant que l’aimant est appliqué)

  • Fréquence = Fréquence magnétique
     
  • Mode : DOO ou VOO
     
  • Paramètres de stimulation : 5 V / 0,5 ms / DAV de repos

Phase 2 (Retrait de l’aimant): test de Capture (6 cycles)

  • Fréquence = Fréquence magnétique
     
  • Mode : DOO ou VOO
     
  • Paramètres de stimulation : amplitude et durée d’impulsion programmées / DAV = 95 ms

Phase 3 (Retrait de l’aimant suite): test de Fréquence (2 cycles)

  • Fréquence = Fréquence de base programmée
     
  • Mode : DOO ou VOO
     
  • Paramètres de stimulation : amplitude et durée d’impulsion programmées / DAV programmé

5) modes de stimulation traditionnels

Tous les modes traditionnels sont disponibles.

6) mode spécifique favorisant la conduction spontanée: mode SafeR

Critères de commutation ADI(R) è DDD(R) : différents critères induisent une commutation en mode DDD : pause (durée programmable sans VS), BAV III (2 cycles auriculaires consécutifs sans VS), BAV II (3 cycles sur 12 sans VS), BAV I (PR patient > PR long programmé, 6 fois de suite ; possibilité de programmation à l’effort ou effort + repos) ;

Critères de commutation DDD(R) è ADI(R) : quand le stimulateur fonctionne en mode DDD, il recherche la présence d’un rythme propre sous jacent. Le stimulateur re-commute en ADI dans 3 circonstances : après 12 évènements ventriculaires détectés consécutifs, systématiquement après 100 cycles ventriculaires stimulés ou après la période de commutation durable qui s’arrête tous les matins à 8 heures. Le stimulateur commute durablement en mode DDD (jusqu’au lendemain à 8 heures du matin) en cas de BAV persistant : plus de 45 épisodes AAI è DDD par jour, plus de 15 épisodes AAI è DDD par jour pendant 3 jours consécutifs, plus de 50% du temps passé en DDD depuis une heure.

pm_19_sorin2.png

pm_19_sorin3.png

7) mode IRM

Principe

Le mode IRM est un mode asynchrone (DOO, VOO ou OOO) qui est déclenché manuellement ou en cas de détection automatique d’un champ magnétique puissant. La période de fonctionnement du mode IRM peut aller de 2 à 48 heures selon la programmation. Si le réglage est sur AUTO, l'appareil reconnait le champ magnétique lors du passage dans l'IRM et bascule automatiquement en mode IRM. Les modes de stimulation IRM disponibles sont : DOO, VOO, OOO. 

pm_19_sorin4.png

8) stimulation ventriculaire: Autoseuil V

Autoseuil V sur Auto: mesures régulières du seuil de stimulation ventriculaire + adaptation de la programmation; Autoseuil V sur Suivi: mesures régulières du seuil de stimulation ventriculaire mais sans adaptation de la programmation.

Seuil réalisé systématiquement toutes les 6 heures; contrôle de capture basé sur l'analyse de la réponse évoquée; 4 mesures de seuil par jour avec adaptation pour les 6 heures suivantes; adaptation automatique de l’amplitude au double de la valeur de seuil (marge de sécurité de 100%) dans la limite d’une valeur minimale programmable (1.5, 2, 2.5, 3 ou 3.5  V)

9) stimulation atriale: pas de mesure automatique du seuil atrial

Il n’existe pas d’Autoseuil Atrial dans la génération Reply, Reply 200 et Kora 100. Cette fonction devrait être disponible sur la prochaine version du Kora.

10) détection et sensibilité

La détection atriale et ventriculaire peut être programmée sur fixe ou sur autosensing.

Il est possible de programmer l’autosensing sur

  1. Suivi qui permet de mesurer les amplitudes des ondes P et des ondes R sans adaptation des réglages de la sensibilité qui reste fixe
     
  2. Auto qui permet la mesure des ondes P et des ondes R avec ajustement automatique des sensibilités: l'amplitude des signaux est moyennée sur 8 cycles consécutifs et la sensibilité est programmée à un tiers de cette valeur moyenne.

11) périodes réfractaires

Suite à une stimulation atriale, une période réfractaire non programmable de 30 ms est déclenchée à l’étage ventriculaire. Si une détection ventriculaire a lieu entre la fin de cette période réfractaire et la fin de la fenêtre de sécurité (95 ms après le stimulus atrial), une stimulation ventriculaire est délivrée en fin de fenêtre de sécurité.

Suite à une détection ou une stimulation atriale, une autre période réfractaire relative non programmable est déclenchée à l’étage atrial. Sa durée est dynamique et est calculée en fonction du rythme atrial. Elle a pour but de détecter l’accélération du rythme atrial (d’où son nom : fenêtre de DARA). Il n’y a pas de PRAPV sur les stimulateurs Sorin. Suite à une détection ventriculaire considérée comme ESV une période réfractaire relative (la RetroPwatch) est déclenchée à l’étage atrial. Sa durée est de 500 ms.

12) diagnostic et interruption des tachycardies par réentrée électronique

L’algorithme « Anti-TRE » est toujours actif en mode de suivi atrial (non déprogrammable).

Phase initiale de détection sur 8 cycles : le dispositif mesure le temps de conduction rétrograde (VP) et suspecte une TRE si les intervalles VP sont stables (à 30 ms près) et courts (< 470 ms). Phase de confirmation sur 2 à 4 cycles : le dispositif module le délai AV pour vérifier la stabilité de l’intervalle VP.

Arrêt de la TRE par allongement de la période réfractaire atriale relative. Si l’option anti-TRE est programmée sur « Reprog », les délais AV de repos et d’effort sont automatiquement raccourcis.

13) asservissement

Les stimulateurs Sorin sont équipés de 2 capteurs pouvant fonctionner ensemble ou séparément: un accéléromètre et un capteur de ventilation minute (mesure de l’impédance transthoracique). Quand ils sont utilisés simultanément, la fréquence de stimulation est d'abord guidée par l'accéléromètre (meilleure réactivité en début d'effort) puis par la ventilation minute en milieu et fin d'effort.

14) fonctionnement du repli sur arythmies atriales

La fonction de repli comprend trois phases distinctes: 1) une phase de suspicion : dès qu’un cycle ventriculaire avec suspicion d’arythmie atriale est détecté, l’algorithme de repli commence une analyse sur 32 cycles ventriculaires. L'arythmie auriculaire est confirmée si 28 cycles ventriculaires ou plus sont en suspicion au cours des 32 derniers cycles ventriculaires (critère primaire) ou si 18 cycles ventriculaires ou plus sont en suspicion au cours des deux derniers blocs de 32 cycles ventriculaires (critère secondaire) ; 2) une phase de dissociation : une fois un des critères de repli atteint, le mode de stimulation commute d’un mode synchrone vers un mode asynchrone (DDI) ; 3) phase de réassociation : dès que l'arythmie auriculaire cesse et que le rythme sinusal reprend, la fréquence de stimulation ventriculaire est progressivement adaptée pour atteindre le rythme sinusal. La réassociation A-V n’a lieu qui si les fréquences auriculaire et ventriculaire sont plus lentes que 110 min-1.

15) gestion flutter 2/1

Pas d’algorithme spécifique ; quand un flutter 2/1 survient, il est nécessaire de raccourcir la durée du blanking atrial post-stimulation ventriculaire.

16) Prévention des arythmies atriales

3 algorithmes sont disponibles

Overdrive du rythme sinusal : augmentation de la fréquence de stimulation pour « overdriver » l’activation spontanée atriale.

Suppression de pause sur ESA et Accélération de fréquence sur ESA : augmentation de la fréquence de stimulation à la suite d'une d’ESA afin d'éviter la succession cycle court, cycle long.

17) communication sans fil

Technologie non disponible sur les plateformes actuelles

18) durée des mémoires

Durée maximale d'enregistrement des EGMs: environ 11 minutes avec fréquence d’échantillonnage A et V de 512 Hz, 22 épisodes stockés, avec marqueurs annotés, synchronisés à l’EGM endocavitaire.

19) suivi par télémédecine

Pas de suivi à distance sur les plateformes actuelles; projet futur d'interrogation à distance des stimulateurs à l'aide d'un appareil de télémétrie (à placer en regard du stimulateur) relié à un transmetteur connecté à internet par le réseau téléphonique filaire ou GSM.

20) autres spécificités

Le Suivi de l’apnée du sommeil: les données d’impédance intrathoracique sont mesurées à l’aide du capteur MV. Les séquences des cycles respiratoires sont analysées pour repérer, compter et afficher les événements respiratoires perturbés pendant la nuit (période de suivi programmable). Deux types d’événements respiratoires sont mesurés :

  • Les pauses respiratoires : lorsque l’intervalle entre deux cycles respiratoires est supérieur à 10 secondes et inférieur à 60 secondes.
     
  • Les réductions de respiration : lorsque la Ventilation (VE, définie comme l’amplitude d’un cycle respiratoire divisé par sa période) est réduite de 50 % ou d’avantage par rapport à la VE moyenne pour les 8 cycles précédents, pendant plus de 10 secondes et moins de 60 secondes.

Un index des événements respiratoires perturbés (RDI) est calculé en divisant le nombre d’événements respiratoires par le nombre d’heures de suivi (5 heures). Un seuil critique est utilisé pour indiquer une suspicion de troubles respiratoires sévères du sommeil chez le patient.

Le Suivi de l’apnée du sommeil est automatiquement activé lors de la première interrogation du stimulateur (après la détection automatique de l’implantation). 

pm_19_sorin5.png

pm_19_sorin6.png