Dysfonction de la sonde ventriculaire droite et perte de stimulation biventriculaire

Tracé
N° 28
Constructeur Medtronic Prothèse CRT Chapitre Gestion des arythmies
Patient

Homme de 79 ans implanté d’un défibrillateur triple chambre Consulta XT CRT-D dans le cadre d’une myocardiopathie ischémique avec QRS large il y a 8 ans (1 changement de boitier); consultation pour chocs électriques à la suite d’un effort réalisé dans son jardin (élagage d’une haie).

Tracé
  1. nuage de points au niveau ventriculaire (grande variabilité de fréquence avec cycles très courts);
  2. choc électrique;
  3. cycles courts ventriculaires;
  4. fin de la surdétection;                      
  5. surdétection ventriculaire de signaux anarchiques en zone de FV et de TV;
  6. stimulation biventriculaire intermittente;
  7. ventricule spontané;
  8. compteur de FV rempli; détection d’un épisode de FV et début de la charge des condensateurs;
  9. fin de la charge (CE);
  10. 4 VS consécutifs et abandon de la thérapie;
  11. nouvelle détection d’une FV et nouvelle charge des condensateurs;
  12. fin de charge (très courte, les condensateurs n’ayant pas eu le temps de se décharger);
  13. pas de confirmation sur cette redétection et choc électrique délivré (34.3 Joules);
  14. arrêt momentané de la surdétection et stimulation biventriculaire;
  15. nouvelle surdétection;
  16. fin de l’épisode.
Commentaires

Ce patient, initialement implanté en prévention primaire dans le cadre de son insuffisance cardiaque sévère et excellent répondeur à la resynchronisation, présentait une rupture de sonde ventriculaire droite. A la suite de ce diagnostic de rupture de sonde, différentes options sont envisageables. Une option simple est probablement de désactiver la fonction de défibrillation pour éviter la survenue de thérapies inappropriées tout en maintenant la stimulation biventriculaire. Ce tracé montre toutefois les limites de cette stratégie puisque la surdétection inhibe la stimulation biventriculaire. Il est probable qu’avec l’évolution défavorable de la sonde, ce problème de surdétection va se majorer entrainant une baisse importante du pourcentage de stimulation biventriculaire. Une seconde option consiste à rajouter une nouvelle sonde de défibrillation (option choisie chez ce patient) ou de stimulation ventriculaire droite. La question de la gestion de l’ancienne sonde est difficile. Elle a été laissée en place chez ce patient. En effet, l’extraction d’une sonde cassée ne se justifie probablement pas chez un patient de cet âge d’autant plus qu’elle peut être associée avec le risque d’abimer la sonde ventriculaire gauche fonctionnelle.