Mode AAI 60 Battements/minute

Tracé
N° 5
Constructeur Abbott Prothèse PM Chapitre Modes de Stimulation
Patient

Même patient que tracé 1; changement de mode de stimulation (les sondes fonctionnent normalement);

Tracé

Programmation en mode AAI 60 battements/minute; détection d'une activité atriale stable et supérieure à 90 battements/minute avec inhibition de la stimulation (il ne s'agit donc pas d'un mode AAT ou AOO); absence de détection des complexes QRS (il ne s'agit donc pas d'un mode ODO ou VDD).

Commentaires

Un stimulateur simple chambre fonctionne en mode AAI quand une seule sonde est positionnée dans l'oreillette; le mode AAI peut également être programmé dans un stimulateur double chambre. Le mode AAI fournit une stimulation atriale simple chambre à la fréquence de stimulation programmée à moins d’une inhibition par un événement détecté. La détection ne s'applique qu'à l'oreillette.

Les stimulateurs simple-chambre AAI ou la programmation du mode AAI sur un stimulateur double chambre sont formellement contre-indiqués chez les patients présentant un trouble de conduction atrio-ventriculaire permanent ou paroxystique. Ils doivent également être évités chez les patients présentant une symptomatologie vagale ou un syndrome du sinus carotidien. L'indication préférentielle reste la dysfonction sinusale pure sans trouble de la conduction auriculo-ventriculaire. Un stimulateur AAI permet de limiter le nombre de sondes implantées, d’assurer une fréquence physiologique au repos comme à l'effort après programmation de l'asservissement de fréquence et d’éviter toute stimulation ventriculaire inutile. Une étude récente a toutefois retrouvé des résultats défavorables à l'implantation d'un stimulateur simple chambre AAI par rapport à l'implantation d'un double chambre chez les patients présentant une dysfonction sinusale. En effet, le taux de réintervention était plus important chez les patients implantés d'un stimulateur AAI avec nécessité de rajouter une sonde ventriculaire secondairement à la survenue d'un trouble de conduction atrio-ventriculaire. De façon plus surprenante, l'incidence des épisodes de fibrillation auriculaire était également plus importante. Les indications d'implantation d'un stimulateur simple chambre AAI sont donc relativement limitées aujourd'hui.

Message à retenir

La programmation et le fonctionnement du mode AAI sont sensiblement les mêmes que pour un stimulateur VVI. Il faut toutefois programmer une sensibilité plus élevée (valeur programmée plus basse), l'amplitude des complexes atriaux étant souvent plus faible que celle des complexes ventriculaires. De même, la période réfractaire doit être plus longue pour éviter toute surdétection des complexes ventriculaires. La détection de l'onde R par un stimulateur AAI entraine une baisse de la fréquence de stimulation, l'onde R recyclant l'intervalle d'échappement. En présence d'une écoute croisée (détection de la télé-onde R), il est possible de rendre le stimulateur moins sensible et/ou de prolonger la période réfractaire.