Mode simple chambre VVI

Tracé
N° 5
Constructeur Medtronic Prothèse PM Chapitre Modes de Stimulation
Patient

Même patient que tracé 1

Tracé

Tracé 5a:

Programmation en mode VVI 60 battements/minute;

  1. stimulation ventriculaire à la fréquence de base (1000 ms entre les VP);
  2. conduction atriale rétrograde en 1/1;
  3. fusion avec l'activation spontanée;

Tracé 5b:

Programmation en mode VVI 40 battements/minute;

  1. détection ventriculaire spontanée et inhibition de la stimulation ventriculaire; fonctionnement en mode sentinelle.
Commentaires

Un stimulateur simple chambre fonctionne en mode VVI quand une seule sonde est positionnée dans le ventricule; le mode VVI peut également être programmé dans un stimulateur double chambre. Le mode VVI fournit une stimulation inhibée simple chambre à la fréquence de stimulation programmée, à moins d’une inhibition par un événement détecté. La détection ne s’applique qu’au ventricule. Un intervalle d'échappement débute après toute détection ou stimulation ventriculaire. La première partie du cycle correspond à la période réfractaire pendant laquelle, le stimulateur ne peut pas détecter de signal. Un signal survenant dans cette période réfractaire ne recycle pas l'intervalle d'échappement. Cette période réfractaire est nécessaire pour éviter une double détection d’un même complexe QRS spontané ou stimulé. Un signal détecté après cette période réfractaire inhibe la stimulation et recycle l'intervalle d'échappement.

Pour ce patient, la programmation de la fréquence de base est essentielle. En effet, à 60 battements/minute, la fréquence de base est trop élevée et l'on observe une stimulation ventriculaire permanente avec inversion de la séquence d'activation atrio-ventriculaire physiologique et perte du synchronisme atrio-ventriculaire. L'électrocardiogramme permet de mettre en évidence une conduction rétrograde avec syndrome du pacemaker. La contraction atriale survient de façon quasi-synchrone avec la contraction ventriculaire alors que les valves auriculo-ventriculaires sont fermées entrainant un flux rétrograde vers les oreillettes, les veines pulmonaires et les veines caves. Le syndrome du pacemaker résulte d'une combinaison complexe entre altération hémodynamique, neuro-humorale et vasculaire secondaire à la perte de synchronisme atrio-ventriculaire. Une symptomatologie parfois très invalidante liée à l'augmentation de la pression atriale et de la pression veineuse inclut dyspnée, orthopnée, pulsations dans le cou et dans la poitrine, palpitations, ou douleur thoracique.

A l'opposé, à 40 battements/minute, la fréquence de base est inférieure à la fréquence spontanée la plus basse et le patient n'est pas stimulé. Cela permet:

  1. de réduire la consommation et de prolonger la durée de vie de la pile;
  2. d'éviter une conduction rétrograde;
  3. de stimuler de façon effective uniquement lors de la survenue d'un trouble de conduction atrio-ventriculaire paroxystique;

Cette programmation (VVI 40 battements/minute) est acceptable au vu des caractéristiques de ce patient.