Mode DDI 60 Battements/minute

Tracé
N° 12
Constructeur Microport CRM Prothèse PM Chapitre Modes de Stimulation
Patient

Même patient que tracé précédent;

Tracé

Mode DDI 60 battements/minute: au début du tracé, stimulation atriale (A) et ventriculaire (V) à la fréquence minimale programmée; puis, légère accélération du rythme sinusal qui devient supérieur à la fréquence minimale; à la suite d'une activité atriale spontanée (p; en période réfractaire relative), le stimulateur ne démarre pas de délai AV ce qui explique l'absence de stimulation ventriculaire et la présence d'un complexe QRS spontané

Commentaires

Lorsque le stimulateur fonctionne en mode DDI, la stimulation atriale s’effectue à la fréquence minimale programmée. Après une stimulation atriale, la stimulation ventriculaire se produit à la fin du délai AV s’il n’y a pas d’évènement ventriculaire détecté pendant ce délai. Un événement atrial détecté en dehors des périodes réfractaires inhibe la stimulation atriale et ne déclenche pas de délai AV. Ainsi, après une détection atriale et en l’absence de conduction AV spontanée, la stimulation ventriculaire survient à la fréquence minimale, dissociée de la détection atriale, comme dans un stimulateur VVI.
Le mode DDI fournit donc une stimulation séquentielle AV, double chambre, avec détection atriale et ventriculaire, mais sans suivi des oreillettes détectées. La synchronisation AV n’est assurée qu’à la fréquence de stimulation atriale en cours (fréquence de base, fréquence asservie ou fréquence lissée). Si l’oreillette est plus rapide que la fréquence de stimulation atriale, il y a inhibition de la stimulation atriale et absence de déclenchement de délai AV; quand les oreillettes sont spontanées il n’y a pas de synchronisation ventriculaire.
Ainsi, en cas de bloc auriculo-ventriculaire complet, les oreillettes spontanées ne synchronisent pas de stimulation ventriculaire si elles sont plus rapides que la fréquence de stimulation atriale en cours : le fonctionnement est alors équivalent au mode VVI. Ce fait explique l’absence d’emballement de la stimulation ventriculaire en cas de détection d’arythmie atriale, d’où l’utilisation du DDI comme mode de repli. C’est aussi la fonction choisie lorsque le stimulateur ne détecte pas correctement les arythmies atriales et ne se replie donc pas correctement, avec stimulation ventriculaire erratique. Ce choix de mode n’est pas satisfaisant chez un patient en bloc auriculo-ventriculaire avec fonction sinusale normale (pas de synchronisation sur onde P détectée), mais est tout à fait acceptable si le patient, même en bloc auriculo-ventriculaire permanent, présente en plus une dysfonction sinusale engendrant une stimulation atriale permanente (puisque la stimulation atriale synchronise la stimulation ventriculaire). Le réglage de la fréquence de base est donc essentiel. Elle doit être plutôt élevée pour éviter la survenue d'une activation atriale spontanée et être associée à un asservissement de fréquence.
L'indication idéale de ce type de mode est le patient avec bloc auriculo-ventriculaire et maladie de l'oreillette associant passage en FA rapide (pas de risque d'emballement) et dysfonction sinusale permanente après réduction (stimulation A-V).

Mais attention, l'arythmie atriale qui surviendrait alors que le stimulateur a été programmé en DDI n'est pas enregistrée dans les mémoires.
Par ailleurs, chez un patient dépendant par bloc atrioventriculaire complet programmé en mode DDD, en cas d'arythmie atriale, le mode DDI en repli sera déclenché. Si l'on souhaite que le patient bénéficie d'une accélération de fréquence ventriculaire à l'effort pendant l'arythmie atriale, il faut programmer soit le mode DDDR, soit le mode DDD/DDIR. Avec ce dernier mode, la stimulation ventriculaire est synchronisée à l'oreillette sinusale, et pendant l'arythmie atriale le mode est DDIR en repli, asservi par la ventilation minute et le capteur G. Les accélérations de la fréquence de stimulation ventriculaire sont ainsi assurées, en rythme sinusal comme en cas d'arythmie atriale

Message à retenir

Le mode DDI n’est pas adéquat pour les patients en bloc auriculo-ventriculaire complet avec fréquence atriale spontanée élevée, les ondes P spontanées ne synchronisant pas de délai AV. Ce mode de stimulation peut être programmé chez les patients en bloc auriculo-ventriculaire complet avec maladie de l’oreillette : en rythme sinusal, une dysfonction sinusale est observée résultant en une double stimulation auriculo-ventriculaire; lors d’un épisode d’arythmie, l’activité atriale spontanée rapide n’est pas suivie d’une stimulation ventriculaire rapide. Ce mode est particulièrement utile quand l’algorithme de repli dysfonctionne.