Induction d’une fibrillation ventriculaire par choc sur l’onde T

Tracé
N° 3
Constructeur Abbott Prothèse DAI Chapitre Implantation
Patient

Homme de 74 ans avec myocardiopathie ischémique, FE à 19%, bloc de branche gauche et classe NYHA à III ; procédure d’induction en fin de procédure d’implantation ;

Principaux paramètres programmés (durant la procédure d’induction)

  • Une seule zone de FV pour une fréquence supérieure à 187 battements/minute 
  • 12 cycles en zone de FV sont nécessaires au diagnostic
  • Sensibilité programmée à 0.5 mV
  • Premier choc à 36 Joules, second choc aux capacités maximales (40 Joules) ;
Tracé

Texte

Le texte indique qu’il s’agit d’un épisode de FV ayant duré 18 secondes avec émission d’un choc électrique de 36 Joules avec probable succès ; le couplage post-choc > 995 ms est mesuré sur les 4 derniers intervalles précédant le diagnostic de retour sinusal ; le temps de charge a été de 7.5 secondes avec une impédance de choc de 43 ohms ;

Tracé

  1. rythme stimulé dans l’oreillette et en biventriculaire ;
  2. charge courte des condensateurs pour pouvoir délivrer le choc de faible énergie pour l’induction (*) ;
  3. burst de 8 stimuli à fréquence fixe (100 battements/minute) ;
  4. choc de faible amplitude (2 Joules) délivré sur le sommet de l’onde T (couplage de 310 ms) ;
  5. blanking post-choc de 1 seconde où aucune détection n’est possible ;
  6. épisode de FV ; au troisième F, bascule vers le mode épisode (DDI) ;
  7. présence de cycles très rapides et souvent microvoltés ; ici alternance entre un premier signal détecté, le second même si d’amplitude importante n’est pas détecté car dans le blanking ventriculaire que l’on peut visualiser sur la chaine des marqueurs ;
  8. le cycle suivant est non classé à la suite de cette sous-détection car hors zone FV tandis que la moyenne des couplages des 3 cycles précédents plus celui en cours reste en zone de FV ;
  9. détection de l’épisode après 12 cycles en zone de FV ; la détection est légèrement retardée en raison de défauts de détection ; déclenchement de l’enregistrement de l’EGM et début de la charge des condensateurs ;
  10. confirmation de la persistance de l’arythmie pendant la charge (F souligné) ;
  11. ventriculogrammes de plus grande amplitude, le suivant est sous-détecté ;
  12. fin de la charge ;
  13. pas de choc possible sur le premier cycle suivant la fin de charge ;
  14. choc électrique de 36 Joules ;
  15. choc efficace et réduction de l’arythmie ;
Commentaires

Chez ce patient insuffisant cardiaque avec trouble de conduction, la FV induite est extrêmement polymorphe avec des ventriculogrammes très fragmentés, d’amplitude variable. Il devient difficile voire impossible de différentier visuellement ondes R et ondes T. Ce type d’arythmie est difficile à détecter par un défibrillateur. Ici, le test a été effectué avec une sensibilité maximale ventriculaire de 0,5 mV, donc légèrement dégradée, ce qui laisse une faible marge de programmation et donc de capacité de détection car la valeur habituellement programmée en continu ensuite est de 0,3 mV. Quand la FV est mal détectée et compromet ou retarde le diagnostic, alors il est nécessaire de modifier la position de la sonde.

La mesure de l’onde R n’est pas réalisée sur l’analyse du pic à pic du signal mais correspond à la valeur maximale du pic positif ou du pic négatif.

Autres articles qui pourraient vous intéresser
Induction d’une FV par choc sur onde T
Tracés Pacing & Defibrillation
Induction d’une FV par choc sur onde T
Tracés Pacing & Defibrillation