Induction d’une FV sous anesthésie locale

Tracé
N° 7
Constructeur Abbott Prothèse DAI Chapitre Implantation
Patient

Homme de 65 ans implanté d’un défibrillateur Ellipse VR dans le cadre d’une myocardiopathie ischémique sévère et d’un épisode de TV soutenue ; procédure d’implantation sous anesthésie locale en l’absence d’anesthésiste disponible ;

Tracé
  1. induction par courant alternatif (30 Hz) ;
  2. induction d’une FV et début de la charge des condensateurs ; les ventriculogrammes sont correctement détectés dans la zone de FV mais aucune zone de thérapie ayant été programmée, marqueurs VS ;
  3. fin de la charge des condensateurs ;
  4. délai de 2 secondes entre la fin de la charge et le choc électrique correspondant au délai avant que le patient ne perde connaissance ;
  5. choc électrique de 30 Joules délivré par l’opérateur après la perte de conscience ;
Commentaires

Traditionnellement, une implantation de défibrillateur inclut l’induction d’une fibrillation ventriculaire pour s’assurer que le défibrillateur détecte et réduit correctement le trouble du rythme. Cette procédure est réalisée le plus souvent sous anesthésie générale. Ce type de tracé illustre une procédure réalisée sous anesthésie locale. Il est préférable d’induire l’arythmie ventriculaire par un burst de stimulation rapide (30 Hz) qui est indolore et donc mieux supporté par un patient conscient que le choc sur l’onde T ou le courant continu. La qualité de la détection peut être validée par l’analyse des marqueurs pendant l’épisode de FV. Le choc ne doit être délivré qu’une fois que le patient a perdu connaissance. Il est classique de faire compter le patient à voie haute ; quand le débit de paroles s’interrompt, le choc peut être délivré. Un des avantages de cette technique est de mieux sensibiliser le patient à la réalité d’une arythmie ventriculaire (accélération du rythme puis perte de connaissance plus ou moins brutale) et d’un choc électrique. Le délai entre le début de l’arythmie et la perte de connaissance (chez ce patient environ 9 secondes) peut également servir à affiner la programmation (nombres de cycles nécessaires, amplitude du premier choc et temps de charge) pour favoriser une perte de connaissance ou au contraire favoriser une intervention rapide pour éviter la perte de connaissance.