Rupture de sonde et chocs multiples

Tracé
N° 22
Constructeur Abbott Prothèse DAI Chapitre Sensibilité et Détection
Patient

Homme de 28 ans implanté d'un défibrillateur double chambre dans le cadre d'une myocardiopathie hypertrophique familiale ; patient très actif, sportif (nageur) ; consultation de routine ;

Tracé
  1. surdétection de signaux rapides non physiologiques au niveau ventriculaire, d'amplitude variable, dont certains saturent les amplificateurs ; diagnostic de FV ; charge des condensateurs ; charge très courte (les condensateurs étaient probablement déjà chargés) ;
  2. choc électrique d’intensité maximale dans le cadre d'une détection de FV (HV, 830V) ; avant de délivrer le choc, un minimum de 6 cycles rapides (F) doivent être détectés depuis le début de la dernière charge ; cela explique le délai entre la fin de la charge et la survenue du choc ; 
  3. nouvelle surdétection ; redétection d’une FV après 6 cycles classés F ; les marqueurs de charge, les étoiles, sont absents, ce qui indiquerait qu’une charge des condensateurs serait en cours : les condensateurs sont déjà chargés, le choc en 2 n’a pas été délivré car la sonde est cassée et le système a été dans l’impossibilité de délivrer le choc ;
  4. nouveau choc « virtuel » après le même délai (au moins 6 cycles F nécessaires) ; ce choc n’est pas non plus été délivré ;
  5. nouveau « choc » ;
  6. nouveau « choc » ;
  7. nouveau « choc » ;
  8. après 6 chocs maximaux (en fait non délivrés), l'appareil considère que la FV n'est pas réduite et abandonne les thérapies (FV (Plus de thérapie)) ;
Commentaires

Chez le patient porteur d’un défibrillateur, les activités sportives mobilisant beaucoup l’épaule comme la nage du crawl, le culturisme, le tennis, mais également les sports de combat ou de contact, sont à éviter car associés à un risque accru de fracture de sonde, soit par traumatisme direct, soit par compression répétée de la sonde de défibrillation au niveau de la pince costo-claviculaire. De même, les sports dans des conditions extrêmes (alpinisme, plongée, parachutisme, ULM, deltaplane…) pendant lesquels la survenue d’une syncope ou d’un choc électrique pourrait mettre la vie du patient en danger, sont déconseillés.

Ce type d’épisode démontre l'intérêt de limiter les thérapies à 6 chocs en zone de FV. En effet, la survenue de chocs inappropriés successifs est particulièrement mal ressentie par les patients. Chez ce patient, l’énergie n’est pas délivrée et cet épisode est resté asymptomatique.