Surdétection 50 Hertz

Tracé
N° 13
Constructeur Boston Scientific Prothèse DAI Chapitre Surdétection
Patient

Homme de 59 ans implanté d’un défibrillateur triple chambre Cognis dans le cadre d’une myocardiopathie ischémique sévère avec bloc de branche gauche; contrôle de routine et analyse d’un épisode diagnostiqué TV non soutenue.

Tracé

Tracé 13a

  1. détection atriale et stimulation biventriculaire;
  2. détection de signaux très rapides saturant la ligne de base au niveau du canal atrial et visualisables également sur le canal de détection ventriculaire et sur le canal de choc même si l’amplitude est moindre;
  3. détection de bruit au niveau du canal ventriculaire gauche (LVP-Ns);
  4. majoration de l’amplitude de ces signaux au niveau du canal de détection ventriculaire droit et du canal de choc; sur-détection temporaire de ce bruit au niveau du canal de détection ventriculaire droit;
  5. après 3 cycles consécutifs rapides (VT-VF-VF), enregistrement d’un épisode de TV non soutenue;
  6. interruption de la surdétection;

Tracé 13b

Tracé identique au précédent avec modification de la vitesse de défilement; cette modification de la vitesse de défilement permet de mettre en évidence l’aspect caractéristique sinusoïdal du signal 50 Hz (20 ms entre les signaux).

Commentaires

Le risque potentiel d'interférence électromagnétique avec un défibrillateur implantable a été fréquemment décrit dans l'environnement hospitalier, au domicile du patient ou durant ses activités professionnelles. L'interférence peut survenir par conduction si le patient est en contact direct avec la source émettrice ou par radiation si le patient est situé à l'intérieur d'un champ électromagnétique. Les défibrillateurs les plus récents sont protégés contre la grande majorité des sources d'interférence que le patient peut rencontrer dans sa vie de tous les jours. Les signaux parasites sont typiquement filtrés, l'analyse étant restreinte à une bande passante étroite correspondant aux signaux physiologiques (filtres passe-haut et passe-bas). Cependant, la sensibilité élevée et adaptative requise dans un défibrillateur pour la détection correcte des signaux lors d'une fibrillation ventriculaire, peut favoriser la détection de signaux non physiologiques correspondant à la même bande passante.

Ce tracé permet de mettre en évidence les caractéristiques retrouvées habituellement chez les patients présentant une interférence électromagnétique: 1) exposition à une source émettrice au moment de l’épisode (chez ce patient, appareil électroménager mal isolé); 2) signaux rapides, réguliers, permanents durant l'ensemble du cycle cardiaque; sur les défibrillateurs Boston ScientificTM, il est possible de modifier la vitesse de défilement permettant de mettre en évidence l’aspect sinusoïdal caractéristique avec un espacement de 20 ms entre chaque signal; 3) sur un défibrillateur double ou triple chambre, les signaux sont généralement visualisables sur le canal atrial, le canal ventriculaire droit et gauche et le canal de choc; le plus souvent, les signaux sont de plus grande amplitude au niveau du canal de choc que du canal de détection.

Le traitement principal consiste à identifier la source émettrice et à éviter l’utilisation de matériel mal isolé. Il est possible de programmer un mode de réponse au bruit qui intervient quand la détection de bruit est prolongée et diagnostiquée par l’appareil. Sur le tracé, on pourra visualiser les marqueurs de bruit: AN, VN, RVN ou LVN; les marqueurs AP-Ns, VP-Ns, RVP-Ns ou LVP-Ns indiquent une stimulation asynchrone à la suite de la détection d’un bruit continu. Il est possible de programmer un mode asynchrone (AOO, VOO ou DOO) ou un mode inhibant la stimulation (OOO).