Surdétection de l'onde T

Tracé
N° 20
Constructeur Boston Scientific Prothèse DAI Chapitre Surdétection
Patient

Homme de 75 ans implanté d'un défibrillateur simple chambre; épisode enregistré dans les mémoires.

Tracé
  1. rythme sinusal;
  2. surdétection intermittente de l'onde T;
  3. surdétection prolongée et critère 8/10 vérifié (V-Epsd);
  4. fin de la durée et début de la charge des condensateurs;
  5. extrasystole ventriculaire et sous-détection du complexe QRS suivant;
  6. sous-détection et arrêt de la charge;
  7. critère 8/10 de nouveau vérifié; en fin de durée, ATP Quick Convert;
  8. déviation de la charge en l'absence de surdétection.
Commentaires

Si la surdétection de l'onde T reste aujourd'hui un problème significatif de la prise en charge des patients implantés d'un défibrillateur, ce type de surdétection est très rare dans les dispositifs Boston ScientificTM, probablement pour différentes raisons. Une majorité des médecins contrôlant ce type de défibrillateur n'en a d'ailleurs jamais observé.

Une surdétection de l'onde T est associée avec un aspect typique d'alternance entre 2 signaux morphologiquement différents, un signal à haute fréquence (onde R) et un signal à basse fréquence (onde T). Le dispositif compte, pour chaque cycle cardiaque, l'onde R et l'onde T comme un second signal supplémentaire entrainant un doublement de la fréquence cardiaque. L'alternance de la durée des cycles (intervalles RT et intervalles TR) est généralement marquée pour des fréquences lentes (intervalles RT courts et TR longs) mais est souvent moindre à l'effort (intervalles RT et TR à peu près équivalents) ou pour les patients avec QT long.

Comme chez ce patient, la surdétection de l'onde T est d'autant plus probable que l'onde R qui précède est de petite amplitude; en effet, quand l'onde R est de petite amplitude, le dispositif atteint rapidement des niveaux élevés de sensibilité favorisant la surdétection de l'onde T particulièrement à l'effort (possible diminution de l’amplitude de l’onde R et légère augmentation de l’amplitude de l’onde T). Il existe dans ce cadre peu de possibilités de reprogrammation, une baisse de la sensibilité ventriculaire pouvant être problématique.

Toute surdétection de l'onde T doit être considérée comme une urgence, une modification de la programmation s'imposant pour éviter la survenue de thérapies inappropriées. Un choc électrique délivré à la suite d’une surdétection de l’onde T peut s'accompagner d'un effet pro-arythmogène avec risque d'induction d'une arythmie ventriculaire polymorphe. En effet, le choc électrique se synchronise soit sur l'onde R soit sur l'onde T, la probabilité que le choc soit délivré sur l'onde T, la période vulnérable ventriculaire, étant de 50%. Les patients avec surdétection de l'onde T et seuil de défibrillation élevé sont particulièrement à risque. En présence d'une surdétection de l'onde T, si le seuil de défibrillation est élevé et s'approche des capacités maximales du dispositif, la valeur supérieure de vulnérabilité l'est également. Un choc délivré sur l'onde T a donc une probabilité très élevée d'induire une fibrillation ventriculaire (concept de limite supérieure de vulnérabilité) qui sera ensuite très difficile à réduire même avec un choc de défibrillation maximal (seuil de défibrillation élevé).