Comportement Wenckebach à l'effort

Tracé
N° 28
Constructeur Medtronic Prothèse PM Chapitre Programmation à l'effort
Patient

Même patiente que sur le tracé précédent; modification de la programmation avec réduction de la PRAPV, programmation d'un délai AV adaptable; nouvel effort (flexions) avec sensation de gène moindre que lors du tracé précédent.

Tracé

La première ligne correspond à DII, la seconde à l'EGM atrial avec les marqueurs superposés, la troisième à DI;

  1. cycle AS-VP avec délai AV programmé;
  2. cycle AS-VP avec allongement du délai AV pour respecter la fréquence maximale de 120 battements/minute;
  3. fonctionnement Wenckebach avec allongement du délai AV;
  4. onde P bloquée; en effet, elle tombe dans la PRAPV et n'induit ni délai AV ni stimulation ventriculaire;
  5. reprise du synchronisme AV avec délai AV court;
  6. poursuite du fonctionnement Wenckebach (4/3).
Commentaires

L'épreuve d'effort est un élément important du suivi des patients implantés d'un stimulateur surtout lorsqu'une symptomatologie est présente. L'idéal est de la réaliser avec la possibilité d'analyser les EGM pendant l'effort à l’aide du programmateur pour comprendre un éventuel dysfonctionnement et permettre une reprogrammation en temps réel en fonction des observations effectuées. L'effort réalisé peut être une simple marche pour reproduire les efforts de la vie quotidienne. La répétition de flexions mime un effort plus important. Ces 2 types d'épreuve d'effort présentent un intérêt pratique car elles peuvent être réalisées au moment de la consultation. Une épreuve d'effort classique sur vélo présente l'avantage d'un suivi électrocardiographique 12 dérivations permanent.

L'intérêt de l'épreuve d'effort est également de vérifier l'efficacité d'une modification de programmation. Chez cette patiente, le raccourcissement du délai AV et de la PRAPV a permis de repousser le point de 2/1 à une fréquence plus adaptée (>220 battements/minute). En revanche, le maintien d'une fréquence maximale de suivi à 120 battements/minute explique le fonctionnement Wenckebach observé sur ce tracé. Le délai AV détecté est prolongé d’un cycle à l’autre pour éviter le dépassement de la fréquence maximale synchrone. Chez cette patiente, le fonctionnement Wenckebach est de type 4/3 (4 ondes P pour 3 stimulations ventriculaires). Une augmentation de la fréquence sinusale majorerait la proportion d'ondes P bloquées. Il n'existe pas de raison valable de brider la fréquence cardiaque maximale de suivi chez cette jeune patiente active sans cardiopathie. Une reprogrammation de la fréquence maximale synchrone à 180 battements/minute a permis de permettre un suivi atrial permanent sur l'ensemble de la gamme de fréquence de cette patiente au repos comme lors d'un effort maximal.