Introduction

En fonction du nombre de sondes et du modèle de dispositif implanté, différents modes de stimulation sont programmables. Le fonctionnement, les avantages et les inconvénients propres à chaque mode de stimulation doivent être compris par le médecin assurant le suivi afin d’optimiser la programmation par rapport aux spécificités des différents patients implantés. 

Algorithme Vp suppression ou mode DDD-ADI

Il existe une littérature riche permettant de démontrer l’effet délétère d’une stimulation ventriculaire droite prolongée. De même, toute réduction de stimulation ventriculaire inutile permet d’économiser les batteries et d’optimiser la durée de vie du stimulateur. Différents modes ont été proposés par les constructeurs pour réduire le pourcentage de stimulation ventriculaire sans compromettre la sécurité du patient lors de la survenue d’un trouble de conduction auriculo-ventriculaire. L’indication privilégiée de ce type de mode est donc l’existence d’une dysfonction sinusale avec conduction auriculo-ventriculaire préservée ou altérée de façon paroxystique. La société Biotronik a développé l’algorithme Vp-suppression dont le fonctionnement est très proche (il existe quand même quelques différences) de celui du AAI-SafeR (Sorin). Le stimulateur fonctionne en mode ADI(R) et commute en mode de stimulation DDD(R) si la conduction auriculo-ventriculaire est altérée.

pm19_situation7.png

pm19_situation8.png

Il existe une littérature riche permettant de démontrer l’effet délétère d’une stimulation ventriculaire droite prolongée. De même, toute réduction de stimulation ventriculaire inutile permet d’économiser les batteries et d’optimiser la durée de vie du stimulateur. Différents modes ont été proposés par les constructeurs pour réduire le pourcentage de stimulation ventriculaire sans compromettre la sécurité du patient lors de la survenue d’un trouble de conduction auriculo-ventriculaire. L’indication privilégiée de ce type de mode est donc l’existence d’une dysfonction sinusale avec conduction auriculo-ventriculaire préservée ou altérée de façon paroxystique. La société Biotronik a développé l’algorithme Vp-suppression dont le fonctionnement est très proche (il existe quand même quelques différences) de celui du AAI-SafeR (Sorin). Le stimulateur fonctionne en mode ADI(R) et commute en mode de stimulation DDD(R) si la conduction auriculo-ventriculaire est altérée.

pm19_situation7.png

pm19_situation8.png

Critères de commutation DDD(R) è ADI(R)

Quand le stimulateur fonctionne en mode DDD, il recherche la présence d’un rythme propre sous jacent toutes les 30 secondes puis espace les recherches (toutes les 1, 2, 4, 8, 16…128 minutes, jusqu’à 20 heures) en l'absence de conduction atrio-ventriculaire. Pour cela le stimulateur allonge son délai AV à une valeur de 450 ms pendant 8 cycles. Le stimulateur commute en mode ADI si 1 ventricule spontané est détecté (avec cette programmation temporaire) sur au moins 6 de ces 8 cycles. Il ne peut donc pas y avoir d'onde P bloquée pendant cette phase de recherche. L'allongement temporaire du délai AV peut favoriser la survenue d'une tachycardie par réentrée électronique.

Si plus de 15 commutations/heure sont observées, la fonction Vp Suppression est stoppée pendant 20 heures.

pm19_situation9.png

pm19_situation10.png

Critères de commutation ADI(R) è DDD(R)

Quand le stimulateur fonctionne en mode ADI, différents critères induisent une commutation en mode DDD :

pm19_situation11.png

pm19_situation12.png

pm19_situation13.png

En réponse à un BAV I > 450 ms sur 2 cycles, le stimulateur revient au délai AV programmé. Cette valeur est la même que l'oreillette soit stimulée ou détectée et que le patient soit au repos ou à l'effort (valeur non programmable).

pm19_situation14.png

Il n'est pas possible de visualiser les EGMs des commutations de mode (non stockés dans les mémoires du dispositif).