Introduction

Le système de télésuivi Latitude est aujourd'hui proposé sur l’ensemble de la gamme des prothèses implantables Boston Scientific. La mise sur le marché de prothèses télésuivies Guidant puis Boston Scientific a été relativement tardive en Europe et échelonnée. En effet, la commercialisation des défibrillateurs bénéficiant de cette technologie a débuté en 2006 aux USA, et celle des stimulateurs cardiaques en 2012. Ce délai de 6 ans explique l’existence de 2 systèmes de suivi à distance présentant un certain nombre de différences en fonction du type de prothèse, stimulateur ou défibrillateur. Un transmetteur commun ainsi qu’un accès unique au site web LATITUDE seront disponibles au cours de l'année 2014 pour les stimulateurs et les défibrillateurs.

Les principales caractéristiques qui définissent le système de télésuivi des prothèses Boston Scientific sont :

  • 3 types de transmission : suivi programmé (télésurveillance calendaire), transmission des alertes (télésurveillance événementielle) et transmission initiée par le patient
  • bonne couverture via le réseau de téléphonie mobile Vodafone
  • transmission d’EGM complets non tronqués
  • transmission du poids et de la tension artérielle du patient via une balance et un tensiomètre communiquant avec le transmetteur et permettant une optimisation du suivi des patients insuffisants cardiaques

Le système de télésuivi Latitude est aujourd'hui proposé sur l’ensemble de la gamme des prothèses implantables Boston Scientific. La mise sur le marché de prothèses télésuivies Guidant puis Boston Scientific a été relativement tardive en Europe et échelonnée. En effet, la commercialisation des défibrillateurs bénéficiant de cette technologie a débuté en 2006 aux USA, et celle des stimulateurs cardiaques en 2012. Ce délai de 6 ans explique l’existence de 2 systèmes de suivi à distance présentant un certain nombre de différences en fonction du type de prothèse, stimulateur ou défibrillateur. Un transmetteur commun ainsi qu’un accès unique au site web LATITUDE seront disponibles au cours de l'année 2014 pour les stimulateurs et les défibrillateurs.

Les principales caractéristiques qui définissent le système de télésuivi des prothèses Boston Scientific sont :

  • 3 types de transmission : suivi programmé (télésurveillance calendaire), transmission des alertes (télésurveillance événementielle) et transmission initiée par le patient
  • bonne couverture via le réseau de téléphonie mobile Vodafone
  • transmission d’EGM complets non tronqués
  • transmission du poids et de la tension artérielle du patient via une balance et un tensiomètre communiquant avec le transmetteur et permettant une optimisation du suivi des patients insuffisants cardiaques

Historique

Le système LATITUDE, pour les défibrillateurs dans un premier temps, a été mis sur le marché pour la première fois aux USA en 2006. Il fut ensuite lancé dans 15 pays d’Europe en Juillet 2009. En Novembre 2010 il fut également lancé au Canada, en Australie et en Nouvelle Zélande, puis au Japon en Décembre 2011.

Juillet 2012 vit l’arrivée sur le marché européen de LATITUDE NXT, pour les stimulateurs, suivi par le Canada et les USA en Janvier 2013.

La version 2.0 de LATITUDE NXT commune aux stimulateurs et défibrillateurs, devrait être lancée en Europe au tout début du 2e trimestre 2014, avec une couverture étendue à la Pologne, la République Tchèque, la République Slovaque et la Grèce.

boston_tele_sp1.png

Fonctionnement du système: Généralités

Installation et initialisation du système de télésuivi
 

Sur les différentes prothèses disposant d’une antenne de radiofréquence, il n’y a pas de nécessité d’activation de la fonction télésuivi, la prothèse étant en nominal « ouverte » à la communication avec un éventuel boitier transmetteur. Un boitier de transmission est fourni au patient, les modèles et les numéros de série de la prothèse et du transmetteur sont inscrits sur le site web Latitude.

Trois transmetteurs (ou communicateurs) différents sont disponibles en fonction du type de prothèse :

Les défibrillateurs Cognis, Teligen, Energen et Incepta sont compatibles avec un transmetteur 6468 et avec un transmetteur 6288 à partir d’Avril 2014, les stimulateurs Ingenio, Vitalio, Invive, et Inliven (ainsi qu’Advantio et Formio non commercialisés en France) avec un transmetteur 6288.

Les nouvelles gammes de défibrillateurs Autogen et Inogen (ainsi qu’Origen et Dynagen non commercialisés en France) seront compatibles avec le transmetteur 6290.
L'installation et l'initialisation du transmetteur diffèrent en fonction du modèle avec globalement une simplification de l'installation et du fonctionnement pour les nouveaux dispositifs.

Installation du communicateur 6468
 

L'interface du transmetteur présente un écran tactile LCD, un voyant de mise sous tension, une antenne de radiofréquence et deux boutons utilisables par le patient.
Le premier bouton, bleu, est le bouton d’interrogation; le patient en appuyant sur ce bouton lance une interrogation complète de sa prothèse. 
Le deuxième bouton, bouton Action, est un voyant pouvant prendre plusieurs couleurs: blanc (invitant le patient à répondre à un questionnaire de santé), jaune (traduisant l'existence d'une alarme concernant le fonctionnement du transmetteur) et rouge (traduisant une alerte portant sur le fonctionnement de la prothèse et l’impossibilité pour le transmetteur d’envoyer cette alerte au serveur). Les informations apparaissant sur l'écran tactile peuvent être transmises par le patient au centre médical.

boston_tele_sp2.png

Le transmetteur avait initialement été conçu pour favoriser la transmission via le réseau filaire avec toutefois possibilité de transmettre via une box ADSL ou via le réseau fibre. Le branchement se fait via 3 fiches situées au dos de l’appareil; la première est dédiée à l’entrée d’alimentation, la seconde à la connexion vers la prise téléphonique murale via un câble RJ11 connecté à un adaptateur téléphonique et la troisième à la connexion facultative entre téléphone du patient et transmetteur. 
boston_tele_sp3.png
Figure 1 : Branchement sur ligne téléphonique analogique

Le transmetteur peut aussi se brancher sur une box ou un routeur en utilisant le câble RJ11 branché cette fois sur la box via un filtre Excelsus et non sur la prise téléphonique via l’adaptateur.
Ainsi le transmetteur utilise la prise téléphonique, et le téléphone du patient peut soit venir se brancher en dérivation directement sur la prise, soit en série en se branchant sur le transmetteur.

boston_tele_sp4_0.png
Figure 2 : Branchement sur tout type de Box

Une communication via réseau GSM est possible si le patient ne possède pas de ligne téléphonique. Il est nécessaire de fournir au patient un adaptateur GSM, relié au transmetteur via un câble téléphonique branché sur la fiche dédiée au branchement téléphonique, l’adaptateur devant lui même être branché à une alimentation électrique. 

boston_tele_sp5.png
Figure 3 : Branchement avec adaptateur GSM
Ces branchements et ces différentes possibilités permettaient un fonctionnement adéquat pour une grande majorité de patients mais semblaient parfois difficiles pour certains patients peu familiers avec ce type de technologie. 

Installation du communicateur 6288

L'installation et le fonctionnement du transmetteur ont été simplifiés avec diminution du nombre de branchements à réaliser, du nombre de boutons sur le transmetteur et réduction de la participation active du patient.

L’interface ne comporte plus qu’un seul bouton, sur lequel le patient doit appuyer s’il souhaite réaliser un envoi manuel de toutes les données de sa prothèse. Par ailleurs l’interface comprend deux symboles lumineux symbolisant pour l’une la réception de données par le transmetteur et pour l’autre l’envoi des données vers le serveur. 

boston_tele_sp6.png

Le branchement est lui aussi simplifié, principalement car le transmetteur est équipé d’une carte SIM intégrée qui lui permet de transmettre les données en GSM. Lorsque la transmission par GSM est possible, il suffit de brancher le transmetteur sur une prise secteur via le cordon d’alimentation  et le système est opérationnel. 

cboston_tele_sp7.png
Figure 4 : Branchement en GSM

Si l’option de transmission filaire est privilégiée, le branchement est identique à celui du transmetteur 6468.

Enfin, il existe sur la tranche du transmetteur un bouton « état », que le patient ne doit pas manipuler sauf sur demande de l’assistance en cas de problème de communication.
Une pression simple sur le bouton effectue un test complet de tout le système de la prothèse implantée jusqu’au serveur ; une pression longue de 3 secondes teste seulement la communication du transmetteur vers le centre.

Installation du futur communicateur 6290

 

Ce transmetteur possède la même interface simplifiée que la version 6288, ainsi que le même système de branchement.
Il existe une différence concernant la transmission des données.  Elle peut s’effectuer soit via le réseau filaire (analogique, box ADSL ou fibre) soit via le réseau 3G. Le communicateur ne possède pas de carte SIM intégrée, mais, dans le cas où le patient ne possède pas de ligne téléphonique, il existe un adaptateur 3G (sous forme de clé 3G) qui se branche via un port USB sur le transmetteur.
Ainsi les transmissions bénéficient de la rapidité du réseau 3G comparativement au GSM actuel. 

Communication Boitier – Transmetteur
 

La transmission est initiée par le communicateur qui cherche la présence de la prothèse pour en extraire les données. Ce sens de communication, communicateur vers prothèse, est privilégié pour réduire la consommation.

Actuellement avec les 2 transmetteurs, la recherche de la prothèse par le communicateur s’effectue sur une bande de radiofréquence à 869,85MHz  avec une bande passante de +/- 150 KHz. Cette bande de fréquence a été testée et jugée conforme aux normes CEM EN 60601-1/2006 et EN 60601-1-2 :2007. Elle est également conforme aux exigences de la directive RTTE actuelle (Equipements Radios et Terminaux de Télécommunication).

La bande de fréquence a changé lors de la commercialisation du communicateur 6290 qui utilise la bande de radiofréquence MICS (403Mhz), correspondant à la bande de fréquence spécifique dédiée aux dispositifs médicaux.

La recherche de communication avec la prothèse s’effectue tous les jours entre minuit et 5 heures du matin. Cet horaire n’est pas réglable, mais est extensible si le communicateur ne trouve pas la prothèse pendant ce créneau horaire.

Pour que la communication s’effectue, la prothèse doit se situer à une distance maximale de 3 mètres, sans obstacles ni interférences. Il n’y a pas de distance minimale requise. 

Transmission transmetteur – hébergeur de données
 
Pour le communicateur 6468
 
Le communicateur transmet préférentiellement ses données vers l’hébergeur via le réseau filaire, d’où la nécessité d’une ligne téléphonique analogique (ou via box ADSL ou fibre). Il est cependant possible pour les patients ne possédant pas de ligne téléphonique de rajouter un adaptateur GSM permettant une communication via le réseau de téléphonie mobile avec le débit GSM.
 
Pour le communicateur 6288
 
Ce communicateur, plus récent, transmet préférentiellement ses données par réseau de téléphonie mobile avec le débit GSM grâce à sa carte SIM intégrée. La société Boston Scientific travaille avec l’opérateur Vodafone, qui possède une couverture sur tous les continents.
Le communicateur peut également en cas d’absence de réseau être connecté au réseau téléphonique ou fibre ou ADSL.
 

Pour le communicateur 6290

Ce communicateur transmet par le réseau de téléphonie mobile avec le débit 3G et peut également être relié au réseau filaire.
Les données de la prothèse sont transmises via le communicateur vers un serveur informatique. Il existe deux plateformes stockant ces données, l’une en Europe, l’autre aux Etats-Unis. Ce serveur est la propriété de la société Boston Scientific, et est géré entièrement en interne sans prestataire.
Les données peuvent être consultées par certains employés de la société soumis à confidentialité. La société Boston Scientific s’engage à ne pas exploiter les données stockées à des fins de recherche ou d’analyses statistiques.

 

Transfert des données de l’hébergeur de données au centre médical
 
Ces données sont transférées cryptées sur le site internet http://www.Latitude.bostonscientific.com/ où elles sont consultables par l’équipe du centre médical.

Boston Scientific se conforme entre autres pour garantir la confidentialité des données à la directive européenne 95/46/CE sur la protection des données, à la norme ISO 27001, à l’accord-cadre Safe Harbor E.-U.-UE  et l’accord-cadre Safe Harbor E.-U.-Suisse.

L’hébergeur de données, recevant les informations par défaut entre minuit et 5h du matin, les transfère instantanément sur le site Latitude, l’opération totale nécessitant environ 15 minutes. Ainsi, l’horaire de transmission au site Web dépend de l’horaire d’interrogation de la prothèse.

Les défibrillateurs sont aujourd’hui suivis avec la version Latitude 7.3 et les stimulateurs avec la version Latitude NXT 1.0. Depuis avril 2014, l’ensemble des prothèses est suivi avec la version commune Latitude NXT 2.0.

Les informations correspondant à des alertes rouges ou jaunes sont notifiées au centre médical de manière concomitante à leur apparition sur le site Web.

Version Latitude 7.3 : une alerte rouge est toujours notifiée sur le site internet Latitude et peut en option être notifiée par appel téléphonique. La notification optionnelle par appel téléphonique a cessé à partir d’Avril 2014 et a été remplacée par l’envoi d’un email et/ou d’un SMS. Avec Latitude 7.3, une alerte jaune est toujours notifiée sur le site internet Latitude et peut en option être notifiée par fax. La notification optionnelle par fax a cessé à partir d’Avril 2014 et a été remplacée par l’envoi d’un email et/ou d’un SMS. La présence d’une même alerte persistante ne peut être notifiée qu’une fois (il n’existe pas de récurrence de la notification), et la survenue répétitive d’un même type d’alerte est notifiée à chaque survenue (il n’existe pas de délai de carence) ; donc une alerte correspond à une notification.

Les modalités de notification sont différentes avec la version LATITUDE NXT 1.0 (et la future 2.0). Une alerte (qu’elle soit rouge ou jaune) est toujours notifiée sur le site internet Latitude et peut en option être notifiée par l’envoi d’un SMS ou d’un email, sur les coordonnées d’un, deux ou trois membres de l’équipe médicale responsable du patient ; elles sont transmises soit aux horaires de bureau, soit 24h/24, 7j/7. 

Interrogation des données sur le site internet
 
On note également quelques différences de fonctionnement en fonction de la version LATITUDE du site Internet.

Pour la version LATITUDE 7.3, les données d’un patient sont associées à un ou deux médecins du même centre (en général un médecin implanteur et un médecin chargé du suivi clinique, s’ils sont différents). Un ou plusieurs autres médecins de ce centre peuvent être inscrits sur le site et avoir accès aux données du patient.

Pour la version LATITUDE NXT 1.0 et 2.0, les patients peuvent être affectés à un ou deux groupes de patients au maximum, chacun de ces groupes pouvant être créé dans un centre différent. Pour le second cas, un correspondant du premier centre peut assurer préférentiellement le suivi de la prothèse, un correspondant du second centre pouvant assurer préférentiellement le suivi clinique.

Par défaut, un seul centre est inscrit sur le site web, celui où la prothèse a été implantée.

Tous les médecins ayant accès aux groupes de patients mentionnés ci-dessus accèdent aux mêmes données avec toutefois une différence en fonction du niveau d’alerte. Les alertes rouges d’un patient sont transmises uniquement au groupe de patient principal auquel appartient ce patient alors que les alertes jaunes sont transmises aux deux groupes de patients. 

Fonctionnement du système : plusieurs types de transmissions

Trois types de transmission sont possibles :

  • transmission d’un suivi à distance programmé
  • transmission d’une alerte (jaune ou rouge)
  • transmission initiée par le patient

Les modalités de la transmission d’un suivi à distance programmé et de la transmission initiée par le patient sont identiques avec tous les transmetteurs.

En revanche, il existe des différences en termes de transmission des alertes selon le type de transmetteur.

Communicateur 6468 : il exécute quotidiennement un contrôle du dispositif à la recherche d’une alerte rouge qui est transmise directement ; la recherche des alertes jaunes et donc leur transmission ne s’effectuent qu’une fois par semaine. 

boston_tele_sp8.png
Figure 6 : Programmation des types d'interrogation pour le communicateur 6468 avec version L7.3

Communicateur 6288 et 6290 : toutes les alertes, rouges et jaunes, sont recherchées quotidiennement par le transmetteur et transmises instantanément. Ainsi, il n’existe plus de délai supérieur à 24h entre la survenue d’une alerte quelle qu’elle soit et sa transmission. 

boston_tele_sp9.png
Figure 7 : Programmation des types d'interrogation pour le communicateur 6288  avec la version Latitude NXT 1.0

Transmission d’un suivi programmé (commun à tous les communicateurs)
 
Il est possible de programmer un suivi à distance à intervalles réguliers ; l’intervalle entre 2 contrôles est programmable et peut être de 1 semaine, 2 semaines, un mois, plusieurs mois  jusqu’à un maximum de 12 mois. Il est également possible de désactiver sur le site LATITUDE ce suivi à distance programmé.

Le suivi correspond à un rapport complet incluant les données portant sur l’intégrité du système et le registre des arythmies. Ce rapport comporte tous les items consultables sur le programmateur en consultation, ainsi que tous les EGMs en mémoire et un EGM systématique temps-réel, d’une durée de 30 secondes. 

Le rapport peut être enregistré en PDF et imprimé. 

boston_tele_sp10.pngFigure 8 : Ecrans du site Latitude version 7.3

Transmission initiée par le patient 
 
Le patient peut déclencher l’envoi d’un rapport complet, en appuyant sur le bouton Interroger (bleu) sur le communicateur 6468, ou sur le bouton Cœur (seul accessible sur l’interface) sur les communicateurs 6288 et 6290. 
La transmission d’un rapport complet (intégrité du système, registre des arythmies,  ensemble des EGMs disponibles, EGM temps-réel) se fait instantanément et non pas à l’heure de la vérification quotidienne.
La possibilité d’effectuer cette transmission initiée par le patient est activée par défaut sur le site Web, avec une limite haute de 5 interrogations par semaine.  Ce type de transmission peut être désactivé par le médecin directement sur le site Internet.
 

Transmission des alertes 

Tous les jours entre minuit et 5 heures du matin le communicateur cherche un contact avec la prothèse pour en extraire d’éventuelles alertes ; comme expliqué précédemment, les alertes jaunes ne sont recherchées (et donc transmises) par le communicateur 6468 que de manière hebdomadaire.
Pour le communicateur 6468, la recherche quotidienne des alertes rouges n’est pas programmable mais désactivable. L’intervalle de recherche des alertes jaunes est hebdomadaire et non programmable mais la recherche est désactivable. 
Pour les communicateurs 6288 & 6290, l’intervalle de recherche des alertes rouges et jaunes est quotidienne, ni programmable ni désactivable.
La transmission d’une éventuelle alerte ne se produit que durant ce créneau horaire (pas de transmission automatique d’une alerte le reste de la journée même si le patient est à proximité du transmetteur) ; en revanche, ces horaires peuvent être décalés en cas d’absence de communication avec la prothèse. Dans ce cas, le transmetteur continue de rechercher la prothèse toutes les 10 minutes jusqu’à ce qu’il la trouve.
Lorsqu’une alerte est détectée, un rapport complet (incluant les données portant sur l’intégrité du système, le registre des arythmies ainsi que tous les EGMs en mémoire et un EGM systématique temps-réel) est transmis.
Les alertes classées rouges correspondent aux situations risquant de priver le patient du traitement normalement assuré par son dispositif (défaillance du système) ; ces alertes ne peuvent pas être paramétrées.
Les autres alertes (classées jaunes) sont paramétrables et désactivables sur le site Internet.
Il est impossible de commuter une alerte jaune en alerte rouge et inversement. 

boston_tele_sp11.png
Différents types d’alertes

Usure de la batterie : 
 
L’atteinte de l’ERI engendre une alerte jaune, la surveillance à distance se poursuit et l’alerte ERI apparaît sur le site tant que le dispositif implanté présente l’alerte. Elle ne sera notifiée qu’une fois.
L’atteinte de la fin de vie de la prothèse génère une alerte rouge, et désactive la surveillance à distance en raison du risque de surconsommation pour la faible capacité de la batterie.
 
Dysfonction de la sonde : 
 

Une anomalie de l’impédance de choc (inférieure à 20 ohms ou supérieure à 125 ohms) ainsi qu’une anomalie d’impédance de la sonde ventriculaire droite (inférieure à 200 ohms ou supérieure à 2000 ohms) correspondent à des alertes rouges.

Une anomalie des impédances de sondes atriale et VG (inférieures à 200 ohms ou supérieures à 2000 ohms) et une amplitude intrinsèque auriculaire basse (inférieure à 0.5mV) correspondent à des alertes jaunes.

Sur Latitude NXT 2.0, il y a deux nouvelles alertes rouges programmables, l’une concernant des variations brutales d’impédance de stimulation VD et l’autre concernant des épisodes VD non physiologiques enregistrés (cycles courts).

Survenue d'une arythmie atriale 
 

Le pourcentage de charge en FA déclenche une alerte jaune à partir d’un niveau qui est réglable sur le site LATITUDE (choix possibles : dès la première seconde, 30 secondes,  3 minutes … jusqu’à 24h).

Tant qu’un épisode de FA est en cours, notamment s’il dure plusieurs jours, il n’y a pas de nouvelle alerte (pas de récurrence) ; si l’épisode se résout (pas d’alerte de retour en rythme sinusal) puis que l’arythmie redémarre, une nouvelle alerte est envoyée.

Survenue d'une arythmie ventriculaire 
 

Communicateurs 6468 et 6290 (défibrillateurs) : les seules arythmies ventriculaires déclenchant l’envoi d’une alerte (jaune) sont les arythmies ventriculaires traitées par choc électrique interne.
Il n’y a pas  d’alerte en cas de survenue d’une TV sans traitement (zone moniteur ou non soutenue), ou en cas de survenue d’une TV traitée efficacement par ATP. Il existe, en revanche, une alerte jaune en cas d’accélération de l’arythmie par un ATP (passage de la zone TV1 vers TV ou TV vers FV).

Communicateur 6288 (stimulateurs) : la survenue d’une arythmie dans le registre des arythmies entraine l’envoi d’une alerte jaune.
Si une alerte est émise, le communicateur transmet l’ensemble du registre des arythmies et des rapports complets des épisodes avec EGM, intervalles, programmation et résultat de la discrimination (mêmes informations que celles disponibles sur le programmateur).

Les EGMs transmis sont les EGMS véritables, non filtrés, non tronqués avec les mêmes canaux que sur le programmateur.

La durée minimale d’un EGM est de 10 secondes avant et 10 secondes après le début de l’arythmie pour les arythmies les plus brèves, la durée maximale d’un EGM non tronqué est de 14 minutes sur 3 canaux, ce qui permet de disposer de l’ensemble de l’arythmie de manière quasi-systématique.

Alerte en rapport avec le pourcentage de stimulation 
 

Un pourcentage de stimulation biventriculaire inférieur à un seuil programmable engendre une alerte jaune.
Pour un stimulateur cardiaque, un pourcentage de stimulation ventriculaire élevé (supérieur à un seuil programmable), engendre une alerte jaune.

EGM Périodique
 

Il n’existe pas d’envoi d’EGM périodique isolé systématique.
Un EGM temps réel de 30 secondes est toutefois transmis lors de chaque suivi à distance programmé (de 1 semaine à 12 mois), lors de la survenue d’une alerte rouge avec le communicateur 6468, lors de la survenue d’une alerte rouge ou d’une alerte jaune avec les communicateurs 6288 et 6290 ainsi qu’à chaque contrôle initié par le patient.

Transmission de marqueurs d’insuffisance cardiaque

 

Différents paramètres transmis permettent d’optimiser le suivi à distance des patients insuffisants cardiaques :

  • paramètres fournis par la prothèse : fréquence cardiaque, activité, variabilité de la fréquence cardiaque, empreinte, SDANN, fréquence respiratoire et recherche d’une apnée du sommeil (sur les prothèses les plus récentes).
  • interrogatoire via un questionnaire de santé apparaissant sur l’écran tactile LCD du communicateur 6468. Le questionnaire de santé regroupe les items suivants, auxquels le patient doit répondre via l’interface tactile : Ressentez vous une fatigue inhabituelle ? / Vous êtes vous senti faible ou étourdi au cours de ces derniers jours ? / Décrivez le gonflement de vos jambes, chevilles ou abdomen au cours de ces derniers jours / Décrivez vos capacités à marcher ou à monter les escaliers au cours des derniers jours / Avec combien d’oreillers avez-vous dormi la nuit dernière ? / Combien de fois vous êtes-vous réveillé(e) essoufflé(e) la nuit dernière ? Ce questionnaire, jugé trop contraignant pour le patient et généralement désactivé par les différentes équipes médicales a été abandonné lors du développement des nouveaux communicateurs et des nouvelles versions du site Latitude.
  • suivi du poids et de la tension artérielle via une balance et un tensiomètre communiquant en Bluetooth avec le transmetteur. Seul des paramètres de suivi pouvant générer une alerte est la variation de poids du patient. Une alerte jaune est engendrée par une prise ou une perte de poids d’au moins 2,27 kg en une semaine, ou d’au moins 0,91 kg sur une période de 2 jours. A partir de la version 2.0 de LATITUDE NXT, l’alerte de perte de poids a disparu et l’alerte de prise de poids est devenue paramétrable (prise de x kg sur une période de y jours).

boston_tele_sp12_0.png

Fonctionnement du système lors d'une absence de communication

Une difficulté peut survenir à chaque étape de la transmission. Il existe une hotline téléphonique dédiée pour les spécificités du télésuivi  des prothèses Boston Scientific : 0805540422, numéro gratuit. Elle est commune pour les médecins et les patients.

Absence  de communication Communicateur – Prothèse 
 
Le communicateur cherche à interroger la prothèse tous les jours de minuit à 5h du matin.
En l’absence de communication, le communicateur recherche la prothèse toutes les 10 minutes pendant 14 jours.
Au bout de 14 jours, l’information « Echec du recueil des données du dispositif implanté » s’affiche sur le site LATITUDE.
 
Echec de transmission des données Prothèse – communicateur

 

Pour le communicateur 6468, un code (102) et message d’erreur s’affiche sur l’écran du communicateur (« l’interrogation n’a pas pu être réalisée. Appuyez sur le bouton bleu pour essayer encore. Si vous avez besoin d’aide, contactez votre médecin »).
Pour les communicateurs 6288 et 6290, 2 vagues jaunes apparaissent sur le communicateur entre l’icône patient et le bouton bleu central, indiquant ainsi que le communicateur n’est pas parvenu à interroger complètement de dispositif implanté.

Echec de la transmission des données Communicateur – hébergeur de données
 
Pour le communicateur 6468, le bouton action clignote en jaune.
Au bout de 14 jours sans nouvelle du communicateur, l’information « Non-connexion du communicateur » s’affiche sur le site LATITUDE.
En cas d’absence de transmission du communicateur vers le serveur hébergeur de données, les informations contenues dans le communicateur en attente d’envoi sont stockées indéfiniment dans la mémoire du communicateur jusqu’ à rétablissement de la connexion, avec une capacité de stockage maximale équivalente à 3 interrogations complètes de la prothèse. En cas de détection d’une alerte rouge et de l’impossibilité pour le communicateur de transmettre les données au serveur, le bouton Action devient rouge, indiquant ainsi au patient qu’il doit contacter son médecin.

Pour les communicateurs 6288 et 6290, 1, 2 ou 3 vagues jaunes (en fonction du type de problème rencontré) apparaissent sur le communicateur entre le bouton central bleu et l’icône médecin. En cas de détection d’une alerte rouge et de l’impossibilité pour le communicateur de transmettre les données au serveur, l’icône Appel au médecin devient alors rouge, indiquant ainsi au patient qu’il doit contacter son médecin.

Absence de consultation du site web par le médecin du centre
 
Il n’y a pas de notification au médecin par email/SMS ou fax de son absence de consultation du site Internet. A partir du moment où l’information apparaît sur le site Internet, (notifiée pour les alertes rouges et jaunes), le médecin est libre de consulter ou non le site, sans rappel de la part de la société Boston Scientific.

 

Désactivation / Désappareillage
 

La fonction  télésuivi ne se désactive pas spontanément en cas d’absence prolongée de communication Communicateur-Prothèse (pas de risque de surconsommation car la recherche est initiée par le communicateur).
L’absence de communication n’induit pas non plus de désappareillage. Un patient télésuivi ne change pas de communicateur lors d’un changement de prothèse (prothèse Boston Scientific pour nouvelle prothèse Boston Scientific), seul le numéro de série de la prothèse devant être modifié sur le site Internet.
En cas de difficultés rencontrées liées à la télécardiologie, il existe une hotline dédiée à la télécardiologie Boston Scientific, commune pour les médecins et les patients : 0805540422, numéro gratuit. 

Conclusion

Depuis l’année 2014, un transmetteur et un site internet commun sont disponibles pour les stimulateurs et les défibrillateurs. Les avantages de ce système sont 1) la simplification de l’installation et du fonctionnement 2) une bonne couverture via le réseau de téléphonie mobile Vodafone 3) un débit élevé (3G) 4) la transmission d’EGMs de bonne qualité, non tronqués 5) des transmissions complètes très proches des observations obtenues lors d’une consultation en face à face 6) une recherche quotidienne des alertes jaunes et des alertes rouges 7) un suivi optimisé de l’insuffisance cardiaque avec existence de périphériques communiquant avec le transmetteur (balance, tensiomètre) 8) un suivi identique pour les stimulateurs et les défibrillateurs et donc une possibilité chez un porteur de stimulateur de téléconsultations passives régulières.

Une des limites du système est l’absence d’alerte générée par la survenue d’une TV non soutenue, d’une TV en zone  moniteur ou d’une TV réduite par ATP. L’ancien système toujours utilisé chez certains patients implantés d‘un défibrillateur présentait également certaines limites.